Accueil forums

Forum général (tout sujet)
Discussions de comptoir
Café littéraire
Le patois Ch'ti
Le Nord-Pas-de-Calais
Les mineurs et la mine
Légendes et contes
Recettes de cuisine
Histoires drôles
Demandes de traductions
Webmaster à votre écoute

Livre d'Or

Café littéraire
Sujet :ch'tchiot prince XIII
cartouche18/10/2011 15:26
L’ planète suivante étot chelle de ch’businessman. Ch’t’homme y étot si occupé qui léva même pas s’tiête à l’arrivée de ch’tchiot prince.
- Bonjour, li dit ch’ti chi. Vot’cigarette est éteinte.
- Tros et deux font chinq. Chinq et sept dousse. Dousse et tros quinsse. Bonjour,. Quinsse et sept vingt-deux. Vingt-deux et six vingt-huit. Pas l’timps de l’ralleumer. Vingt-six et chinq trente et un. Ouf ! Cha fait donc chinq cent un millons six cent vingt-deux-mille sept cent trente et un.
- Chinq cent millons ed’quo ?
- Hein ? t’es toudis là ? Chinq cent un millons de…de je n’sais mi pus… J’ai tellemint d’ouvrache ! J’sus sérieux, mi, j’m’amusse pas à des cacoules ! Deux et chinq sept…
- Chinq cent millons ed’quo ? répéta ch’tchiot prince qui jamais de s’vie n’avot arnonché à eune question, eune fos qu’il l’avot posée.
Ch’businessman leva s’tiête :
- Depuis chinquante-quatre ans qu’j’habite ch’te planète-chi, j’ai été déringé que tros fos. L’première fos ch’a été, y a vingt.deux ans, par un hanneton qui étot quéhu dieu sait d’du. Y répindot un raffut épouvintape, et j’ai fait quate erreurs dins eune addition. L’seconde fos ch’a été, y a onze ans, par eune crisse ed’ rhumatisse. J’minque d’exercice. J’ai pas l’timps ed’flâner. j’sus sérieux mi. L’troisième fos… l’vla chi ! J’disos donc chinq cent un millons…
- Millons ed’quo ?
Ch’businessman comprit qu’y étot pas d’espoir ed’paix
- Millons ed’chés tchiotes cosses qu’in vot quequ’fos dins ch’ciel.
- Des mouques ?
- Mais non, des tchiotes cosses qui brill’tent.
- Ed’z’abelles ?
- Mais non, Des tchiotes cosses dorées qui font rêvasser chés fates.
Mais j’sus sérieux, mi ! J’ai pas l’timps ed’rêvasser.
- Ah ! d'z' étoiles ?
- Ch’est bin cha. Ed’z’étoiles.
- Et quo qu’ché qu’te fait ed’chinq cent millons d’étoiles ?
- Chinq cent un millons six cent vingt-deux mille sept cent trente et eune. J’sus sérieux, mi, j’sus précis.
- Et quo qu’ch’est qu’t’in fait ed’chés étoiles ?
- Cha qu’j’in fait ?
- Ouais.
- Rin. j’les possède.
- Te possèdes chés étoiles ?
- Ouais.
- Mais j’ai déjà vu un ro qui…
- Chés ros y possèd’tent pas. Y régn’tent sur. Ch’est très différint.
- Et à quo qu’cha t’sert ed’posséder chés étoiles ?
- Cha m’sert à ête riche.
- Et à quo qu’cha t’sert d’ête riche ?
- A acater d’autes étoiles, si quequ’un y in troufe.
Ch’ti là, s’dit in li-même ch’tchiot prince, y raisonne un peu comme un ivrone.
Cepindant y posa incore des questions :
- Commint in peut posséder ed’z’étoiles ?
- A qui qu’alles sont ? riposta, grincheux , ch’businessman.
- J’sais pas. A personne.
- Alors alles sont à mi, car j’y ai pinsé el’premier.
- Cha suffit ?
- Bin sûr. Quand te treuffes un diamant qu’y est à personnes, y’est à ti.
Quand te trouffes eune île qu’y est à personne, al’est à ti. Quand t’as eune idée el’premier, te l’fais breveter : al’est à ti. Et mi j’possède chés étoiles, puisque jamais personne avant mi y a songé à les possèder.
- Cha ch’est vrai, dit ch’tchiot prince. Et quo qu’t’in fait ?
- J’les gère. J’les compte et les arcompte, dit ch’businessman. Ch’est difficile. Mais j’sus un homme sérieux !
Ch’tchiot prince n’étot pas satisfait incore.
- Mi j’posséde un foulard, j’peux l’mette autour ed’min co et l’importer.
Mi, si j’possède eune fleur, j’peux m’fleur et l’importer. Mais te peux pas cueillir ed’z’étoiles !
- Non, mais j’peux les placher in banque.
- Quo qu’ch’est qu’cha veut dire ?
- Cha veut dire que j’écris sur un tchiot papier l’nombe ed’mes étoiles.
Et pis j’inframe à clef ch’papier là dins un tiroir.
- Et ch’est tout ?
- Cha suffit !
Ch’est amusant, pisa ch’tchiot prince. Ch’est assez poétique. Mais ch’est pas très sérieux.
Ch’tchiot prince avot sur les cosse sérieusses ed’z’idées très différintes ed’chés idées ed’chés grindes personnes.
- Mi ? dit-il incore, j’possède eune fleure que j’arrosse tous les jours.
J’possède tros volcans que j’ramone toutes les semaines. Car j’ramone aussi ch’ti qu’y est éteint. In n’sait jamais. Ch’est utile à mes volcans, et ch’est utile à m’fleur, que j’les possède. Mais ti t’es pas utile à chés étoiles…
Ch’businessman ouvrit s’bouque mais trouva pas à réponde, et ch’tchiot prince s’in fut.
Chés grindes personnes sont décidémint tout à fait extraordinaires, s’disot-y simplemint in li-même durant l’voyache.

Retour au forum

Utilisateur

Mot de passe


S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Google

Connaissez-vous
ce mot ?
en ch'ti:épriau
français:peuplier
genre:n.m.
Accéder au glossaire