Accueil forums

Forum général (tout sujet)
Discussions de comptoir
Café littéraire
Le patois Ch'ti
Le Nord-Pas-de-Calais
Les mineurs et la mine
Légendes et contes
Recettes de cuisine
Histoires drôles
Demandes de traductions
Webmaster à votre écoute

Livre d'Or

Café littéraire
Sujet :ch'tchiot prince X
cartouche15/10/2011 13:40
I s’trouvot dins l’région des astéroïtes 325,326,327,328,329 et 330. Y commincha donc par les visiter pour y quère eune occupation et pous s’instruire.
L’première étot habitée par un ro, l’ro siégeot, harnéqué ed’ pourpre et d’hermine, sur un trône très simpe et cepindant majestueux.
- Ah ! V’la un sujet, s’écria ch’ro quand y aperchut ch’tchiot prince.

Et ch’tchiot prince s’deminda :

- Commint y peut m’connaite pisqu’y m’a incore jamais vu !

Y savot pas que, pour les ro, l’monte est très simplifié. Tous chés hommes sont ses sujets.

- Approche te que j’te vos miux, li dit ch’ro qui étot tout fier d’ête ro pour quelqu’un.

Ch’tchiot prince cacha des yux,du s’assir, mais l’planète étot toute incombrée par ch’magnifique mintieau d’hermine. Y resta donc d’bout, et, comme y étot mate, y bâilla.

- Y est contraire à ch’létiquette ed’ bâiller in présence de ch’ro, li dit ch’monarque. J’te l’interdis.

- j’peux pas m’n’impêcher, répondit ch’tchiot prince tout confus. J’ai fait un long voyache et j’ai pas dormi…

- alors, li dit ch’ro, j’t’ordonne ed’bâiller.j’n’ai vu personne bâiller ed’puis des années. Chés bâillemints sont pour mi des curiosités. Allons ! bâille incore. ch’t’un orde.

- Cha m’intimite…J’peux pus… fit ch’tchiot prince tout péteux.

- Hum ! Hum ! répondit ch’ro. Alors j’….j’t’ordonne un cop ed’ bâiller,

un cop ed’….

I berdouillot un peu et paraichot vexé.
Car ch’ro tenot essentiellemint à c’que s’n’autotité seuche respectée. Y n’tolérot pas l’désobéissance. Ch’étot un monarque absolu. Mais comme y étot très bon, y donnot des ordes raisonnapes.
« Si j’ordonn’ros, disot-il courammint, si j’ordonn’ros à un général de s’canger in osieau ed’mer, et si ch’général n’obéichot pas, cha serot pas l’faute de ch’général. Ch’a serot de m’faute. »

- J’peux m’assire ? s’enquit tmidemint ch’tchiot prince.

- J’t’ordonne ed’ t’assire, li répondit ch’ro, qui ramena majestueusemint un pan ed’sin mintieau d’hermine

Mais ch’tchiot prince s’étonnot. L’planète étot minuscule. Sur quo ch’ro pouvot bin reigner ?
- Sire, li dit-il…J’vous deminde pardon ed’vous interroger…

- J’t’ordonne ed’m’interroger, se hâta ed’dire ch’ro

- Sire … sur quo qu’ch’est qu’vous reigner ?

- Sur tout, répondit ch’ro, avec eune grinde simplichité.

- Sur tout ?

Ch’ro d’un geste discret désigna l’planète, l’z’autes planètes et chés étoiles.

- Sur tout cha ? dit ch’tchiot prince

- Sur tout cha… répondit ch’ro.

Car non seuleumint ch’étot un monarque absolu mais ch’étot un monarque universel.

- Et chés étoiles vous obéitent ?

- Bin sûr, li dit ch’ro. Alles obéitent aussitôt. Je n’tolère pas l’indiscipline.
Un tel pouvoir émerveilla ch’tchiot prince. Si y l’avot détenu li-même, Y arot pu assister, non pas à quarante-quate, mais à soixante-dousse, ou même à chint, ou même à deux chint couquers ed’solèle dins l’même journée, sans avoir à saquer s’cayelle ! Et comme y s’sintot un peu trisse à causse de ch’souvenir de s’tchiote planète abandonnée, y s’inhardit à solliciter eune grâce à ch’ro :

- J’voudros vire un couquer ed’solèle… Faites-me plaisir…Ordonnez à ch’solèle de s’couquer…
- Si j’ordonneros à un general ed’voler d’eune fleur à l’aute à l’façon d’un papillon, ou d’écrire eune tragédie, ou de s’canger in osieau ed’mer, et si ch’général n’exécutot pas l’orde archu, qui, ed’li ou ed’mi, serot un tort ?
- Cha serot vous, dit fermemint ch’tchiot prince.

- Exact. Y faut exiger ed’chacun cha que chacun peut donner, arprit ch’ro. l’autorité arposse d’abord sur l’raison. Si t’ordonnes à tin peupe d’aller s’jeter à l’mer, y fera eune révolution. J’ai l’drot d’exiger l’obéissance pasque mes ordes sont raisonnapes.
- Alors min couquer ed’solèle ? rappela ch’tchiot prince qui jamais n’oubliot eune question eune fos qu’y l’avot posée.
- Tin couquer ed’solèle, te l’aras. J’l’exigerai. Mais j’attindrai, dins m’science de ch’gouvernemint, qu’ chés conditions seuch’tent favorapes.
- Quand qu’cha sera-t-y ? s’informa ch’tchiot prince.
- Hem ! Hem ! li répondit ch’ro, qui consulta d’abord un gros calindrier,
hem ! hem ! cha sera, vers…vers… cha sera s’soir vers sept heures quarante ! Et te verras comme j’sus bin obéi.
Ch’tchiot prince bâilla. Y argrettot sin couquer ed’solèle manqué. Et pis, y s’einnuyot déjà un peu :

- J’ai pus rin à faire ichi, dit-il à ch’ro. J’vas arpartir !

- N’pars pas, répondit ch’ro qui étot si fier d’avoir un sujet. N’pars pas, j’te fais ministe !

- Ministe ed’quo ?

- De…de l’justice !

- Mais y a mi personne à juger !

- In n’sait pas, li dit ch’ro. J’ai pas core fait l’tour ed’min royaume. J’sus très viux, j’ai pas ed’plache pour min carosse, et cha m’fatigue ed’marcher.
- Oh ! mais j’ai déjà vu, dit ch’tchiot prince qui s’pincha pour j’ter incore un cop d’oeul sur l’aute côté de l’planète. Y a personne là-bas non pus…
- Te t’jugeras donc ti-même, li répondit ch’ro. Ch’est l’pus difficile.
Ch’est bin pus difficile de s’juger li-même que d’juger autrui. Si te réussis à bin t’juger, ch’est que t’es un véritape sache.

- Mi, dit ch’tchiot prince, j’peux m’juger mi-même n’importe du. J’ai pas besoin d’habiter ichi.

- Hem ! Hem ! dit ch’ro, j’cros bin que sur m’planète y a quèqu’part un viux rat.Te l’condamnera à mort ed’temps in temps. Ainsi s’vie al’dépindra de t’justice. Mais te l’grâcieras chaque fos pour économiser. Y n’a foqu’un.
- Mi, répondit ch’tchiot prince, j’ai pas querre condamner à mort, et j’cros bin que j’m’in vas.
- Non, dit ch’ro.
Mais ch’tchiot prince, ayant achevé ses préparatifs, n’voulut point peiner ch’viux monarque :
- Si vote majesté désirot ête obéi ponctuellemint, al’pourrot m’donner un orde raisonnape. al’pourrot m’ordonner, par exempe, ed’partir avant eune minute. y m’sonne que chés conditions sont favorapes…
Ch’ro n’ayant rin répondu, ch’tchiot prince hésita d’abord, pis, avec un soupir,pris ch’départ.
- j’te fais m’n’ambassadeur, se hâta alors ed’crier ch’ro.
Y avot un grind air d’autorité.
Chés grindes personnes sont biné tranches, s’dit ch’tchiot prince, in li-même, durant sin voyache.

Retour au forum

Utilisateur

Mot de passe


S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Google

Connaissez-vous
cette histoire ?
Le convoi d'enterrement
Cafougnette suit le convoi d'un enterrement. Un de ses amis vient le rejoindre et dit : - Alors Cafougnette ! J'ai chu que t'femme cha n'allot pas t...............
Accéder à l'histoire