Accueil forums

Forum général (tout sujet)
Discussions de comptoir
Café littéraire
Le patois Ch'ti
Le Nord-Pas-de-Calais
Les mineurs et la mine
Légendes et contes
Recettes de cuisine
Histoires drôles
Demandes de traductions
Webmaster à votre écoute

Livre d'Or

Café littéraire
Sujet :ch'tchiot prince VII
cartouche03/07/2011 10:12
L’cinquième jour, toudis grâce à ch’mouton, ch’secret de l’vie de ch’tchiot prince m’fut révélé. Y m’deminda avec brusquerie, sans préambule, comme ch’fruit d’un problème longtimps busié in silence :
- un mouton minge tout c’qui rincontre.
- Même chés fleurs qui ont d’z’épines ?
- ouais. Même chés fleurs qui ont d’z’épines.
- Alors l’z’épines, à quo qu’alles sertent ?
Je l’savos pas. J’étos alors très occupé à essayer ed’dévisser un boulon trop serré ed’min moteur. Je m’faisos du mouron car m’panne comminchot ed’m’apparaîte comme graffe, et l’ieau à boire qui s’épuisot m’faisot crainte l’pire.
- Chés épines, à quo qu’cha sert ?
Ch’tchiot prince n’arnonchot jamais à eune question, eune fos qu’y l’avot posée.
J’étos irrité par min boulon et j’répondis n’importe quo :
- Chés épines, cha n’sert à rin, ch’est de l’pure méchanceté de l’part ed’chés fleurs !
- Oh !
Mais après un silence y m’lancha, avec eune sorte ed’rancune :
J’te cros pas ! Chés fleurs alles sont faipes. Alles sont naïfes. alles se rassurt’ent comme alles peuv'tent. Alles se crotent terripes avec leux épines…
J’répondis rin. A ch’momint là je m’disot : « Si ch’boulon y resiste incore, je l'ferai sauter d’un cop ed’martieau. » Ch’tchiot prince déringea ed’nouvieau mes réflexions :
- E t te cros, ti, qu’chés fleurs…
- Mais non ! Mais non ! je n’cros rin ! J’ai répondu n’importe quo. J’m’occupe, mi, ed’chosses sérieusses !
Y m’ravisa stupéfait.
- Ed’chosses sérieusses !
Y m’veyot, min martieau à l’main, et les dogts noirs ed’cambouis, pinché sur un objet qui y sonnot très laid.
- Te parles comme chés grindes personnes !
Cha m’fit un peu honte. Mais, impitoyape, y ajouta :
- Te confonds tout…te mélanches tout !
Y étot vraimint très irrité. Y secouot à ch’vint des caveux tout dorés :
J’connos eune planète du qu’y a un Monsieur cramosi. Y n’a jamais respiré eune fleur. Y n’a jamais ravisé eune étoile. Y n’a jamais eu querre personne.
y n’a jamais rin fait d’aute que d’z’additions. Et tout l’journée y répète comme ti :« Je sus un homme sérieux ! » Et cha l’fait gonfler d’orgueule. Mais ch’est pas un homme, ch’t’un champignon.

- Un quo ?

- Un champignon !

Ch’tchiot prince étot à ch’t’heure tout pâle ed’colère.

Y a des millons d’années qu’chés fleurs fabriqu’tent ed’z’épines. Y a des

millons d’années qu’chés moutons ming’tent quand même chés fleurs. Et ch’est pas sérieux ed’ cacher à comprinde pourquo alles s’donn’tent tant ed’mau pour s’fabriquer d’z’ épines qui ser’tent jamais à rin ? Ch’est pas important l’guerre ed’chés moutons et d’chés fleurs ? Ch’est pas pus sérieux et pus important que chés additions d’un gros Monsieur rouche ? Et si j’connos, mi, eune fleur unique au monte, qui n’existe nullepart , sauf dins m’planète, et qu’un tchiot mouton peut anéantir d’un seul cop, comme cha, un matin, sans rinde compte ed’cha qui fait, ch’est pas important cha !
Y rougit, pis arprit :

- si quelqu’un y a querre eune fleur qui existe qu’à un seul exemplaire

dins des millons et des millons d’étoiles, cha suffit pour qui seuche heureux quand y les ravisse. Y s’dit : m’fleur est là quetepart…Mais si ch’mouton minge l’fleur, ch’est pour li comme si, brusquemint, toutes chés étoiles s’éteignotent ! Et cha n’est pas important cha !

Y n’put rin dire ed’pus. y s’mit brusquemint à braire. L’nuit al’étot quéhue. J’avos laché m’z’outieux. je m’moquos bin ed’min martieau, ed’min boulon, de l’soif et de l’mort. Y avot sur eune étoile , eune planète, l’mienne, l’Tierre, un tchiot prince à consoler ! Je l’pris dins mes bras. je l’berchos. J’y disot : l’fleur que t’as querre n’est mi in danger…j’y dessinerai eune muselière, à tin mouton…j’te dessinerai eune armure pour t’fleur…je…

Je n’savos pus quo dire. Je m’sintos très maladrot. Je n’savos commint l’atteinte, du l’arjointe…Ch’est tellemint mystérieux, l’pays des larmes.
annesophie04/07/2011 21:17
Ch'est vraimint bieau Merci Cartouche in pus grace à ti j'révisse mes classiques Bravo l'artisse
lilichti05/07/2011 20:36
dis donc faut l'éditer tin tiot prince in patois!ché vraiment bin mais set duque ché qu'cha va nous m'ner?CHOLAILLE COMME DIRAIT ANSOmi j'sus toujours auchi triss pourl'ote coté:aujordui,perchonne;pourtant ya eune grande liss eeud gins!
bonsoir!
cartouche06/07/2011 08:20
pour l'éditer i faudrot avoir l'autorisation des ayants droit

Retour au forum

Utilisateur

Mot de passe


S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Google

Connaissez-vous
ce mot ?
en ch'ti:arlever
français:relever
genre:v.
Accéder au glossaire